Posts for Tribunes Category

Posted In A la Une, Tribunes

[ Riposte du collectif Audace ]

5 mai 2017

Riposte-FrancPME-DEF
Continue Reading

Posted In A la Une, Tribunes

[ Tribune libre du collectif Audace ] Entrepreneurs du bâtiment et de la construction: A quelques jours du 2ème tour, il est temps de lire le programme de Marine !

5 mai 2017

RéponseConstruction-DEF
Continue Reading

Posted In A la Une, Tribunes

[ Tribune libre du collectif Audace ] De l’incompétence au déshonneur !

4 mai 2017

Le 3 Mai 2017

 

Nous arrivons au terme de cette campagne présidentielle, à la veille de l’issue finale, et les masques tombent un à un. La gauche est moribonde et parachève sa conversion progressive à l’ultra-libéralisme libertaire. Elle a, depuis bien longtemps, abandonné le peuple et l’idée même de Nation. Mais le phénomène le plus marquant, bien que prévisible, est le ralliement sans le moindre état d’âme de cette « droite républicaine » autoproclamée à la candidature d’Emmanuel Macron, représentant d’un courant idéologique post-national et multiculturaliste, dénué de toute exigence morale et intellectuelle. Animé par de seules considérations économiques et par la soumission implacable à l’Union Européenne, il est devenu, face à Marine, le point de ralliement de tous les fossoyeurs de la France.

Utilisant la peur comme seul argument électoral, cette collusion « Macroniste » n’a de cesse que d’effrayer les électeurs sur le prétendu risque de catastrophe économique en cas de victoire souverainiste et patriote. Mais de quel bilan s’enorgueillie t’elle pour parler ainsi ? Du déficit commercial de 48,1 Mrds €, de l’endettement de la France de 97,6% du PIB, du déficit budgétaire de 69,0 Mrds €, du taux de chômage de 10,2% de la population active, des 8 millions de pauvres que compte ce pays ? Peut-on encore faire pire ? Avec Emmanuel Macron, certainement.

Ce bilan catastrophique, que nous pouvons dresser sur pratiquement tous les sujets qui concernent la vie des français -immigration, délinquance, niveau scolaire, protection sociale – est évacué du débat public grâce à la complicité de médias « hors sol » qui ne parlent que d’une seule voix. D’ailleurs, parle-t-on encore de presse d’opposition dans ce pays ? Il est drôle, sinon pathétique, de voir tous ces journalistes de gauche devenus les meilleurs défenseurs du libre-échange et se soucier autant du niveau du CAC 40 en cas de sortie de la France de l’Union Européenne. Ils ne sont que les défenseurs de leur situation personnelle, n’étant absolument pas affectés des conséquences de la politique économique, sociale, migratoire et sécuritaire des gouvernements qui se succèdent.

Mais, il ne manquait plus à cette gauche politique et médiatique en fin de course qu’un dernier allié pour assurer son maintien malgré ses échecs, notamment celui de François Hollande. Elle l’a trouvé auprès de leurs prétendus adversaires. Voilà le coup de Jarnac, la trahison finale, le coup déloyal et pernicieux dont cette « droite centriste et libérale » a le secret. Sous couvert d’une prétendue morale républicaine, ce ralliement est la démonstration par les faits qu’ils partagent depuis des années les mêmes convictions. Cela fait plus de 20 ans que cette « UMPS orléaniste », ce parti de la débâcle, trompe ses électeurs et l’héritage gaulliste dont elle prétend être issue (quinquennat, retour dans l’Otan, renoncement à l’indépendance du pays) et préfère maintenir une gauche minoritaire dans les villes et les régions.

Cette trahison prévisible est finalement salutaire, les masques tombant, les choses sont maintenant claires. Nous n’avons plus besoin de la gauche, nous avons la « droite macroniste » !

Une seule candidate, Marine, parle au nom de la France et de son peuple. C’est pourquoi, sa candidature et la campagne qu’elle a menée, courageuse et droite, sont déjà une victoire avant l’heure !

 

Eric Ducellier

Responsable Cellule riposte

 

Continue Reading

Posted In A la Une, Tribunes

[ Tribune libre du collectif Audace ] Coup de gueule d’une TPE industrielle.

3 mai 2017

Lyon, le 3 mai 2017

Un client vient de m’annoncer sa liquidation. TPE industrielle de six personnes, avec un carnet de commandes rempli, sa croissance est bloquée depuis un an car il ne parvient pas à recruter une main d’œuvre formée dans son domaine, la mécanique.

Il doit 70.000 euros à l’URSSAF, mais l’État lui en doit 120.000 depuis presque un an. L’URSSAF l’assigne, lui dit qu’elle n’a pas vocation à faire banque pour les entreprises ; il répond qu’il n’a pas vocation à faire banque pour l’État.

Le procureur s’énerve et demande un contrôle fiscal.

Bravo, aucun investisseur ne mettra un centime dans une entreprise en plein contrôle fiscal tant qu’il n’est pas terminé !

« Continuer à bosser 60-70 heures par semaine pour me payer seulement 1.000 euros ? Ras le bol, j’ai 49 ans, fini les conneries ! » m’a-t-il dit.

Encore une boîte qui a toutes les capacités pour produire, créer de la richesse et de l’emploi, mais doit fermer, laissant six familles sur le carreau. Heureusement, ce patron-là a le moral, il tient bon et ne se suicidera pas, contrairement à des centaines des nôtres chaque année.

Bravo à l’URSSAF et à l’État pléthorique qui vivent sur notre dos, sans aucune prise en compte de la réalité de nos TPE-PME.

Et avec Macron qui privilégiera les grandes entreprises, nous n’avons pas fini d’en baver pendant encore cinq ans ! Un autre artisan dont je suis client a prévu d’arrêter son activité s’il passe.

Je lâche mon clavier et retourne à ce travail et son rythme de sept jours par semaine ; mais ce dimanche, beaucoup d’entre nous prendront le temps de s’arrêter pour aller glisser un bulletin Marine dans l’urne.

François, adhérent du collectif Audace,
Repreneur d’une TPE industrielle

Continue Reading

Posted In A la Une, Tribunes

[ Tribune de François de Voyer ] Laissons une chance à nos TPE-PME !

27 février 2017

65 % des petits patrons sont favorables à la taxe de 3 % proposée par Marine Le Pen sur les importations afin de financer des baisses de charges !

Pierre Gattaz annonçait récemment dans une interview au Figaro : « Avec les réformes de Marine Le Pen, un avenir radieux est possible pour la France ! »

Bon, je dois vous l’avouer, cette citation est apocryphe… Prononcer ce nom brûle les lèvres du président du MEDEF, et il n’en est pas l’auteur. N’en est-elle pas moins vraie pour nos entreprises ?

Jeudi dernier, sur TF1, la candidate du souverainisme et du patriotisme concluait le « 20 Heures » en affirmant :

« Les TPE et les PME sont précisément celles qui vont bénéficier du projet que je porte, et j’assume le choix de faire d’elles les privilégiées dans ce projet. »

Un peu de « fact checking »

Parmi les 144 propositions de Marine Le Pen, on trouve en effet :

– l’abaissement massif des charges sociales pesant sur les TPE-PME ;
– le maintien du dispositif à taux réduit à 15 % de l’impôt sur les sociétés pour les TPE-PME et la création d’un taux intermédiaire à 24 % (au lieu de 33 %) pour les PME ;
– une transmission d’entreprise fluidifiée, en accordant l’exonération totale des plus-values de cession des actions et parts sociales des PME-PMI au bout de sept ans ;
– l’allégement de la complexité administrative et fiscale pesant sur les TPE-PME ;
– la réduction du nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés ;
– l’obligation, pour l’État et les collectivités territoriales, de respecter les délais de paiement ;
– la libéralisation de l’accès au crédit pour les TPE grâce à des taux préférentiels sous la supervision de la Banque de France ;
– la division par deux du taux d’intérêt maximum (taux d’usure) pour les emprunts et les découverts bancaires pour les entreprises et les ménages ;
– la réorientation du crédit impôt recherche vers les PME et les start-up, et d’une part de l’assurance-vie (2 %) vers le capital-risque et les entreprises innovantes ;
– la défiscalisation des heures supplémentaires en maintenant leur majoration.

Un programme mélenchonien, on l’aura compris !

Les intéressés ne s’y trompent pas : 65 % des petits patrons sont ainsi favorables à la taxe de 3 % proposée par Marine Le Pen sur les importations afin de financer des baisses de charges !

Alors, me direz-vous, pourquoi ne pas inclure les grands groupes dans ce programme ?

Parce que, depuis des décennies, ils ont profité du laxisme bienveillant de l’État, alors que leurs bénéfices sont massivement reversés en dividendes au lieu d’alimenter l’économie réelle (plus de 50 milliards d’euros en 2016 pour le CAC). Parce que leurs emplois sont facilement délocalisables, contrairement à ceux des TPE-PME.

Parce qu’ils sont nombreux à pratiquer une optimisation fiscale déloyale. Parce qu’il apparaît juste de favoriser nos TPE-PME aujourd’hui pour qu’elles puissent devenir les grands groupes de demain.

Ces mesures concernent 99 % des entreprises et 50 % des salariés.

Il est temps de laisser leur chance à nos entreprises et, pour cela, de confier à Marine Le Pen les commandes de notre pays.

Source: Boulevard Voltaire.

Continue Reading